Glossaire

Point d'éclair

Le point éclair indique la température la plus basse pour lequel un mélange de vapeur (solvant aérien) peut s'enflammer par une flamme nue via un liquide. À une certaine température, chaque liquide inflammable émet une certaine quantité de vapeur, ce qui produit une petite flamme lorsqu'une source d'inflammation en est approchée. Le point éclair ne doit pas être confondu avec le point d'inflammation ou la température d'inflammation. Il sert uniquement à mesurer l'inflammabilité de la vapeur par une flamme nue au-dessus du niveau de liquide. Ainsi, le point éclair n'indique pas la température de la flamme.

Pour la question : « Faut-il une protection antidéflagrante des appareils électriques ? », le point éclair de la substance traitée est déterminant, bien que la limite est fixée à Point éclair = 21 °C.

Si des produits prêts à l'emploi sont employés, le point éclair du produit prêt à l'emploi est alors déterminant pour l'équipement électrique de la salle de peinture.

En revanche, si les laques sont rendues prêtes à l'emploi dans la salle de peinture, le point éclair le plus bas est alors déterminant, celui de la laque, du solvant ou du diluant. Les espaces de stockage des laques et des solvants, qui dans la pratique servent le plus souvent de salle de mélange et de remplissage, doivent être considérés à risque de déflagration lorsque le maintien d'une température ambiante inférieure au point éclair le plus bas des substances qui y sont conservées ne peut être assuré.

Pour le laquage dans un champ électrique, c'est à dire pour un revêtement électrostatique, seuls des laques ayant un point éclair supérieur à 21 °C doivent être employées.

Exemples de point d'éclair :

- Acétone - 19 °C

- Benzène - 8 °C

- Toluène + 7 °C

- Xylène + 23 °C

- Térébenthine pour bois + 31 °C

Back